Invisible

Murales éphémères à l'eau, à l'encre, au plâtre. Des murs de gypse sont transformés par des dessins à l'eau. Le motif ou le mot répété est absorbé par la matière en fonction de la chaleur, de la capacité d'absorption du matériau, des couches successives qui engorge la surface. Le processus de disparition du dessin à l'eau est un processus éphémère extrême, très difficile à reproduire; très difficile à vivre, il demande une présence dont la subtilité ultime s'inscrit dans le temps qui passe et transforme la surface et la perception de l'espace. Chaque fraction de seconde est une image impalpable, indescriptible, non reproductible…

Ce projet consiste à recouvrir les murs d'une pièce avec des dessins à l'eau en tournant dans le sens des aiguilles d'une montre, jusqu'à ce que la surface ne puisse plus absorber le dessin, jusqu'a ce que la surface se désintègre ou qu'apparaissent des champignons. Chaque image ici est un arrêt impensable sur le temps…

Parfois du plâtre liquide emprunte la mémoire de la murale à l'Eau et se fige en blancs sur blanc.

Ephemeral water murals, with water, ink, plaster. Gypsum walls are transformed by water drawings. Patterns or repeated word are absorbed by the material depending on the heat, the absorption capacity of the material or successive layers that clog the surface. The process of disappearance of the water drawing is an extreme transitory and ephemeral process, very difficult to reproduce; very difficult to live, it asks a presence whose ultimate subtlety is in the passing of time, transformation of the surface and the perception of space. Every fraction of a second is an intangible image indescribable, not reproducible...

This project will cover the walls of a room with water drawings by turning clockwise, until the surface can no longer absorb the drawing, until the surface disintegrates or that appear fungi. Each image here is an unthinkable stop on time...